S-I-OUVEILLAN

Un peu d'histoire...

 Historique du village

(Source de Monsieur Julien AUSSENAC)

 

 

 

JUSQU’AU 12èmeSIECLE 

 

 

Ouveillan ou Ouveilhan vient de Ovilianum qui signifie villa de Ovillius.

 

 

Qui est Ovillius ?

 

Un illustre inconnu, un légionnaire romain qui s’est installé là comme vétéran, au même titre que d’autres, un peu partout dans l’empire romain.

Il s’est installé, un siècle avant J.C sur une colline Ouveillanaise peut-être le Castellas ou le Fort ? 

Domaine agricole pendant quelques siècles, Ovilianum va devenir un CASTRUM après les invasions barbares du 7ème siècle. Ce premier village est visible dans nos vieilles pierres. 

Ouveillan, aux alentours du 10ème siècle, est organisé autour du Château du seigneur, à l’abri de sa puissance. Nous devrions dire des seigneurs, car ils trois avant 1179 :

  • Les frères Guilhaume et Bernard d’Ouveilhan
  • Béranger de Fontcalvy

         

          Il existait un autre CASTRUM : le château-bas ou Castel-bas, mots qui ont donné CASTELLAS.

Ce nom est cité en 1188 lors d’un règlement de litige au sujet de la propriété de l’étang d’Ouveillan, par la vicomtesse ERMENGARDE de NARBONNE. Peut-être était-ce l’ancienne « villae » d’OVILLIUS ?

Il existait aussi, le CASTRUM du TERRAL cité dans les archives de l’abbaye de Fontfroide, dans un document de 1109.

 

 

 

OUVEILLAN du 12ème au 18ème siècle

 

 

Jusqu’à la fin du 11ème siècle l’église était dépendante de la noblesse, c’était le vicomte de Narbonne qui nommait ou faisait nommer l’archevêque, souvent choisi dans sa propre famille.

L’église réagit et se débarrasse de la tutelle vicomtale, c’est l’objectif de la réforme de l’archevêque DALMAS en 1086.

L’église d’Ouveillan fut alors unie au Chapitre de Saint-Just, on y créa une communauté de chanoines.

Grâce à l’apport des biens de l’église Carolingienne, de nombreuses donations, l’église devint assez puissante pour se libérer. Elle détruisit le rempart et sur l’emplacement de la chapelle Carolingienne, elle construisit l’Eglise Saint-Jean l’Evangéliste.

Nous sommes alors au début du 12ème siècle.

 

Le CASTRUM jusque là fermé, tassé autour du château seigneurial, s’ouvrait sur l’étang et un nouveau quartier religieux se construisait :

  • la maison presbytérale avec son jardin
  • le grand cimetière
  • l’hôpital
  • le moulin de l’œuvre 

Ainsi naissait le quartier de la LAUZE.

Les seigneurs tolérèrent mal cette intrusion et cette puissance nouvelle de l’église. De nombreuses querelles opposèrent l’archevêque aux seigneurs.

Les travaux de construction continuaient jusqu’au milieu du 14ème siècle. On peut estimer qu’à ce moment là les quartiers religieux de la LAUZE, de CAMARADE étaient terminés.

Le BOURGUET NEUF, se construisait …

 

Et le 11 Novembre 1355,

 

Les armées du Prince Noir, Prince de Galles, déferlaient sur notre village : nos ancêtres étaient victimes de la guerre de Cent Ans.

Un acte du 16 Août 1368, prévoyait alors la fortification des lieux ; on réparait alors les murs du vieux castrum et on bâtissait les remparts pour protéger les quartiers nouvellement construits.

Le nouveau village fortifié n’avait que 3 portes d’accès :

  • le Portal d’amont : il devait s’ouvrir sur la place des Pénitents (place de la Mairie
  • le Portal d’aval : très probablement près de la Place du marché
  • le Portal salinié : il donne sur l’étang et se trouve en bas de la rue actuelle ESPAGNAC

           En 1627, d’autres Portals sont créés jusqu’à la fin du 17ème siècle, ils étaient au nombre de huit.

Le Grand Portal rejoignait la porte de la Lauze par la rue du Grand Portal (rue Pasteur) et la rue de la Lauze.

De la Porte du Bourguet, on dévalait la Rue Droite pour atteindre le Portal Salat ou Salinié.

De ces trois grands axes, partaient des rues et des ruelles desservant les divers quartiers. Par la rue du Bourguet Neuf et sa Traverse, on allait de la Rue Droite à la Rue d’Entrilles. La Rue Camarade et la rue de Fourty sillonnaient le quartier Camarade.

 

 

 

 

 


Le nom du village à travers les siècles

 

D'après le dictionnaire de Sabarthès :

 

 

  • En 924 : Ovilianum (Histoire du Languedoc)
  • En 993 : Ovelianum (Doat)
  • En 1129 : Oviliano (Gall. Christ)
  • En 1143 : Oveillianum (Doat)
  • En 1188 : Oviliano (castrum inferius de Oviliano : Doat)
  • En 1192 : Ovelanum (archives communales de Narbonne)
  • En 1205 : Oveliano (barrium inferioris castri de Oveliano : archives communales de Narbonne)
  • En 1250 : Oveglianum (archives communales de Narbonne)
  • En 1289 : mauvaise graphie dans Gall. Christ : Avelianum
  • En 1294 : Olivianum ou Ovilianum (archives nationales)
  • En 1319 : Ovelhanum (Histoire de Languedoc)
  • En 1334 : Ovillan (le chastel d'Ovillan dans l'Histoire du Languedoc)
  • Au XIVème siècle : Ovelhan (archives communales de Narbonne)
  • En 1402 : Hovelhan (archives communales de Narbonne)
  • En 1479 : Oveilhan (bibliothèque de Carcassonne)
  • En 1536 : Hovelha, Hovellac, Az Ovelha, Hovela (archives de l'Aude)
  • En 1587 : Obelhan (bibliothèque de Carcassonne)
  • En 1592 : Houvelhan (Tissier)
  • En 1639 : Oveilhan (archives communales de Narbonne)
  • En 1666 : Ouveilhe (archives de l'Aude)
  • En 1781 : Ouveillan (archives du diocèse de Narbonne)

 

 

 

Nom vulgaire, autrement dit en Occitan : Aubeilhà



13/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres